J 14 : Dernières visites avant le départ (plage de Jimbaran, marché aux poissons puis

         temple d'Uluwatu).

 

 

La nuit a été vraiment excellente. Quand j'ai dit au gérant de la villa que le lit avait été le meilleur sur lequel j'ai dormi, il m'a dit que le matelas de je ne sais plus quelle marque coûte 5000 $. Zut, je comptais acheter le même en rentrant !

Pour le petit déjeuner, le gérant de la villa, nous a conseillé d'aller à Akua. Très bonne adresse en effet. Nous ne voulions pas perdre de temps en début d'après-midi avec une recherche de restaurant, nous avons donc pris un petit déjeuner pantagruélique qui a d'ailleurs été notre repas le plus cher à Bali : smoothie, yaourt avec des fruits frais, pancakes, pain perdu et une très bonne et inattendue "tortilla española" ( ¡ si señor! Car l'établissement appartient à un Espagnol).

Pour y aller, il faut marcher 10 min sur la route devant la plage. Côté plage voilà ce que cela donne :

 

 

Mais côté route, c'est tout de suite moins glamour et même carrément le pire endroit que l'on ait vu sur l'île.

Le summum du glauque étant l'entrée dans la ruelle où se trouve d'ailleurs le restaurant "Lia Café" que je recommande cependant. De nuit avec la fumée des barbecues, on se croirait même transporté dans un comptoir chinois au XIXe siècle .

 

Et juste à côté le restaurant Akua parfait pour un petit déjeuner.

 

 

Nous étions proches de la plage où je suis allée faire un tour le temps que les commandes arrivent.

Deux jeunes filles y faisaient des offrandes. Je leur ai demandé si c'était un geste quotidien mais elles m'ont dit qu'aujourd'hui avait lieu une fête particulière. Comme toutes les personnes à qui j'ai demandé l'autorisation de les photographier, elle ont accepté avec le sourire .

 

 

Vu la beauté de la route , les filles ont préféré rentrer profiter de la sublime villa pendant que mon mari et moi avons poursuivi jusqu'au marché aux poissons.

 

Si vous cherchez du pittoresque, l'endroit est pour vous. Il faut juste penser à emmener votre masque à gaz ou alors ne pas trop vous attarder à l'intérieur !

 

 

Notre vol n'étant qu'à 19h, j'avais prévu d'aller au Tanah Lot en début d'après-midi. Le gérant de la villa m'a déconseillé de partir après 11h du matin car les embouteillages ensuite pour rejoindre l'aéroport sont monstrueux.

Nous avons donc changé de temple et décidé d'aller au Pura Luhur Uluwatu.

Le temple en lui-même qui en plus ne se visite pas, n'a que peu d’intérêt mais le cadre est beau puisqu'il est sur une falaise.

Avec le prix de l'entrée (48 000 Rps), on a droit à un prêt de sarong. Bonne surprise pour trois d'entre nous qui avons un pantalon long, on nous demande juste de porter une ceinture orange. Cela tient moins chaud !

 

 

Notre chauffeur nous avait conseillé comme les guides papiers d'ailleurs, de faire très attention à nos affaires et même de laisser nos lunettes dans la voiture car dans ce temple sévit une redoutable équipe de voleurs. Voici le portrait de l'un d'eux mâchouillant sa prise !

 

 

Pendant l'heure qu'à duré notre balade, nous avons vu deux touristes se faire dépouiller de leurs lunettes et un troisième de sa casquette. Et pas question de demander au gentil singe de rendre ce qu'il a pris car il montre les crocs et ce n'est pas rassurant du tout !

 

Il n'a pas l'air bien commode , hein !
Il n'a pas l'air bien commode , hein !

 

Pour espérer récupérer son bien, il faut soit avoir la chance qu'un garde du parc soit dans le coin et  qu'il lance un paquet de chips au singe qui lâchera alors son larcin. Soit qu'un des "dresseurs" de singes qui gagnent leur vie en récupérant  les objets volés moyennant un billet, intervienne.

Au final, ce temple ne m'a pas paru très indispensable à voir bien qu'il soit très connu.

Pour rejoindre l'aéroport, il nous a tout de même fallu près d'une heure et quart tant la circulation était dense.

 

Les bonnes choses ayant une fin, c'est le moment du départ !

 

Pour finir un petit bilan :

J'ai mis 20 ans à me décider à aller à Bali craignant un grand harcèlement touristique. Il n'en est rien !

C'est un pays parfait  pour des vacances en famille. Les Balinais sont des personnes très agréables, on se sent en sécurité. Les paysages sont beaux et le dépaysement est garanti. La vie d'un touriste (nous n'étions pas en mode "routard" mais nous nous déplacions en voiture avec chauffeur) est très simple. Aucun voyage n'a d'ailleurs été aussi facile à organiser.

 

Je savais que l'île souffre d'une gestion très déficiente des déchets et effectivement, on en voit un peu partout au bord des routes. Les plages de Gili Air ou d'Amed étaient par contre impeccables.

 

Ma seule petite déception, ce sont les fruits sans goût. En deux semaines, nous n'avons pas mangé un seul bon ananas. Même les mangues ont été décevantes.

Mon coup de cœur : Gili Air !