Jour 6 : Route vers Amed

 

En arrivant à Munduk, j’avais demandé au gérant de l’hôtel s’il pouvait nous trouver un chauffeur pour  repartir. Sans même savoir où nous allions, il nous avait dit « no problem ». Comme la vie d’un touriste est facile à Bali !!!

 

J’avais prévu un arrêt pour voir encore des chutes d’eau mais l’idée de passer trois heures à randonner n’a pas enthousiasmé les filles donc nous nous sommes contentés d’un stop au temple de Maduwe Karang. C’est un petit temple très joli et tranquille avec un bas relief original.

 

 

On pense que l’on a représenté le vélo qu'un Hollandais amena sur l'île en 1904.

Les autres bas reliefs, très beaux aussi sont plus conventionnels.

 

 

A notre arrivée, trois petites filles vinrent nous voir et nous faire des petites décos avec des fleurs puis nous escortèrent pendant notre visite, nous récitant en anglais un petit topo sur les bas reliefs les plus importants. C’était vraiment amusant. J’aurais bien aimé avoir des feutres ou des livres de coloriage à leur donner mais ce n’était pas prévu donc on leur a donné bêtement un petit billet chacune.

 

J’avais demandé à notre chauffeur Wayan (voir "infos en vrac" pour la signification du prénom) s’il connaissait un endroit pour manger. J’avais peur qu’il nous emmène dans un warung local où tout serait très épicé mais Il nous a arrêtés vers Lovina dans un beau complexe hôtelier. Rien à dire. Cela nous a permis au passage de voir que Lovina est uniquement composé d'hôtels assez distants les uns des autres qui s'étirent le long de la route. J'ai bien fait de ne pas y prévoir un arrêt.

 


Plage à Lovina
Plage à Lovina

 

Contrairement à Putu, notre premier chauffeur qui était davantage habitué aux touristes, on l’a assez gêné en insistant pour qu’il accepte notre invitation à venir manger avec nous. Mais s’il n’était pas venu, c’est nous qui aurions été très gênés de le savoir nous attendant sur le parking.

 

A ma grande surprise, il a trouvé sans problème notre hôtel le Geria Geri Shanti avec juste une vague indication sur la carte et le nom de la localité. Je l’avais choisi suite à la lecture d’un carnet. Il est tenu par un couple Européen très, très sympathique. Lisa (ou Liselotte) qui est flamande et parle français et David qui est anglais. A l’arrivée, une jeune  stagiaire suisse très agréable également nous a expliqué en français le fonctionnement et fait visiter les lieux. Elle nous a donné aussi quelques adresses de restaurants auxquels nous nous sommes tenus.

 

L’hôtel (plus de détails ici) est constitué de petits bungalows disséminés dans un jardin très petit mais très joli. Pour se baigner, il suffit de traverser la rue et à 10 min à pied, on est sur la baie de Jemeluk qui est bon  un site de snorkelling où l’on voit à marée basse des poissons dès les premiers mètres.

La raison principale du choix de cet hôtel, c'est qu'ils ont un centre de plongée sérieux.

 


La chambre de nos filles qui apparament était aussi la préférée du chat de la maison
La chambre de nos filles qui apparament était aussi la préférée du chat de la maison
Notre terrasse
Notre terrasse

 

Le jardin est vraiment très luxuriant.

 



 

Nous avons pris nos masques et tubas pour aller faire du snorkelling sur la baie de Jemeluk. Un vrai aquarium à marée basse, à quelques mètres du bord seulement. Par contre, à cet endroit les coraux sont morts et il faut impérativement avoir des chaussures d'eau.

 

 

Avant de partir j'avais investi dans un super appareil photo étanche (bon, pour être honnête, je crois que c'était le moins cher du marché ).

Je ne peux pas vous faire profiter de mes meilleurs clichés que j'ai vendus en exclusivité à National Géographic, alors je vous mets mes photos les plus moches .

 


 

Pour le diner, nous avons testé le premier restaurant de la liste, le warung Enak. C'est le seul qui ne nous ait pas emballés.

Nous sommes heureusement arrivés tôt car il a vite été plein. Rien d’exceptionnel , le thon grillé était plus que décevant, par contre leur  coulant au chocolat (le Choco Lava) restera un grand souvenir. Ils proposent des cocktails de fruits originaux et leurs pizzas sont bonnes.

A Amed aussi, il faut marcher sur une route sans trottoir mais par rapport à Munduk, c’est très vivant et l’éclairage des restaurants et échoppes tout le long rend le parcours plus agréable.

 

Jour 7 : Amed (plongée et snorkelling)

 

 

J'avais choisi cet hôtel car nos filles voulaient s'initier à la plongée. Ils ont en effet un centre de plongée et proposent pour les débutants de passer en trois jours le Open Water Diver qui est un certificat internationalement reconnu  permettant ensuite de plonger à 18 mètres de profondeur.

Mon mari qui lui est un plongeur confirmé s'est levé de bonne heure pour partir plonger  avec un petit groupe.

Les filles commençaient leur formation un peu plus tard. J'ai donc choisi de déjeuner avec elles. Avant de venir, Lisa nous avait envoyé le lien vers un site qui donne des cours théoriques pour avoir déjà une base.

Je pensais les attendre pour les accompagner sur la baie de Jemeluk faire leur première plongée mais leur cours n'en finissait pas. Je suis donc partie toute seule faire du snorkelling. A cette heure-là, la marée était haute et du coup c'était parfait pour la baignade mais nul pour le snorkelling. Comme je ne suis de toute façon pas très aquatique, je n'y suis pas restée très longtemps.

 

La route est bordée de petits restaurants et hôtels.

 

Tout le monde ne profite pas des revenus générés par le tourisme et il reste des familles très pauvres.

 

 

 

 

Après une petite douche je suis partie manger au warung Enak comptant bien prendre de nouveau en dessert un Choco Lava. Mais le matin, ils n'en ont pas !

 

 

Je me suis donc contentée d'un jus de fruit psychédélique (du fruit du dragon, de la lime et du miel en fait) et d'une salade.

 

 

J'avais emmené de quoi bouquiner mais j'ai finalement passé tout le repas à discuter avec un couple de Français qui voyage en Asie depuis plus de 40 ans. Très sympa.

J'ai ensuite essayé de trouver l'endroit où l'on peut voir l'extraction du sel à la mode balinaise, assez différente de la nôtre.

Au restaurant on m'avait indiqué l'endroit mais ils pensaient qu'ils ne  le  faisaient pas en ce moment car il pleuvait de temps à autres. Effectivement, il n'y avait que des bassins vides, dommage.

 

 

Les filles et mon mari sont rentrés avant moi et avaient déjà mangé à mon retour (à midi, l'hôtel propose un plat unique mais bon, pour les plongeurs). Je me suis commandé en passant un délicieux cappuccino glacé (les boissons non alcoolisées telles que les jus de fruits, le café ou le thé sont incluses dans le prix de la chambre, c'est très agréable).

Les filles sont parties faire du snorkelling et pendant ce temps-là, j'ai demandé à Lisa de m'appeler la masseuse qui vient à l'hôtel sur demande. Si je n'avais pas vu arriver une toute petite bonne femme, j'aurais pensé que la masseuse était une ancienne lanceuse de poids est-allemande reconvertie. Le massage a été excellent mais alors tonique ! Pas le genre ou l'on s'endort.

Le prix était très bas (80 000 Rps  soit environ 5,30 euros pour une heure) mais au vu de la qualité du massage, je lui ai donné la même chose qu'à la dernière masseuse pas terrible de Munduk. A Amed, on vous propose même des massages pour 50 000 Rps.

 

Le salaire moyen à Bali est d'environ 300 dollars.

Pour donner une idée des prix des hôtels vous pouvez regarder ici ce que nous avons payé.

Pour les repas dans un restaurant qui accueillent des touristes et utilisent donc de l'eau potable pour les boissons, glaçons et laver les crudités, il faut compter environ 125 000 roupies (8,30 €) pour une boisson, un plat et un dessert. Mais c'est indicatif et cela dépend beaucoup du standing de l'établissement. Il est possible de manger très bien pour moins de 7 €.

En tout cas, ce ne sont pas tout à fait les mêmes prix qu'en Norvège où nous étions il y a deux ans .

 

Pour le diner, nous avons suivi les recommandations de l'hôtel et sommes allés au Gusto. Comme c'est excentré, il y a une voiture du restaurant qui assure le transport gratuitement.

C'était très bon car ils font eux-mêmes leur pain et leurs pâtes fraiches. C'est typiquement un restaurant pour Occidentaux. Je ne me sentais malheureusement pas trop bien et j'ai eu du mal à manger. Dommage car leur cuisine italienne était vraiment excellente.

Jour 8 : Amed (plongée et snorkelling et Water Palace de Tirtagangga)

 

 

Ce matin, tout le monde part plonger à 8 heures. Nous prenons donc ensemble le petit déjeuner.

Je ne me sens toujours pas très bien donc je préfère aller me recoucher plutôt que de faire du snorkelling. Et puis la connexion internet  est excellente ce qui me permet ensuite de rédiger mon petit compte-rendu de voyage.

Je comptais attendre leur retour pour déjeuner en famille. Finalement, c'est mon mari qui est rentré le premier et on a déjeuné avec ses compagnons de plongée, un Américain de l'Utah pas très bavard et un Canadien bavard et sympa pour deux.

 

L'après-midi, j'avais repris du poil de la bête mais cette fois, c'était mon mari qui ne se sentait pas très bien. Nous sommes donc parties entre filles  à une demi-heure d'Amed visiter le Water Palace de Tirtagangga. C'est très beau et pourtant il pleuvait !

Sur la route, on peut voir de très belles rizières et là je suis tombée sur un chauffeur top qui de lui-même a fait des arrêts photos !

 

 

A Tirtagangga coule une source sacrée et c'est là que le dernier raja  fit construire dans les années 1940 le Water Palace. Il n'y a pas besoin de porter un sarong.

 

 

Pour le diner, nous avons demandé à Lisa de nous réserver une table au Grill, un restaurant qui envoie également un chauffeur chercher les clients. C'était délicieux ! Leurs poissons grillés, aussi bien le thon (j'ai profité de ces vacances pour faire le plein de métaux lourds ) que le mahi-mahi étaient un régal. Et en plus le propriétaire est très sympa.

 

Jour 9 : Amed (plongée et snorkelling)

 

C'est notre dernier jour à Amed et mon mari comme les filles partent plonger à cinq heures du matin sur l'épave du Liberty, un bateau américain. Je n'arrive pas à me rendormir et je pars me baigner vers 7 heures à la fraiche. Il n'y a pas un touriste sur la plage et l'eau est très bonne. Mais je tombe encore une fois sur la marée haute, à croire que je le fais exprès et pour l'observation des poissons, c'est encore raté !

 

 

L'épave du Liberty est la plongée phare d'Amed mais mon mari l'a trouvée vraiment très décrépie. Il faut dire que ce cargo fut coulé par un sous-marin japonais en 1942. On parvint à le tracter jusqu'à Tulamben pour le vider de toute sa cargaison et il resta à l'état de coque vide sur la plage jusqu'en 1963. C'est l'éruption du volcan Agung (2000 morts !) qui cette année-là, va par les secousses sismiques et les écoulements de lave, le pousser au fond de la baie. Depuis il git toujours là entre 6 et 35 m de fond.

Il y a tellement de monde à plonger sur cette épave, qu'ils sont partis à 5 heures du matin pour avoir fini la plongée avant l'arrivée du gros de la troupe.

Mon mari a préféré l'épave du Boga, un bateau hollandais à Kubu mais d'une façon générale a trouvé les spots de plongée très inférieurs à ceux que l'on peut voir en Polynésie ou Australie.

 

Vers 11 heures, tout le monde est rentré manger.

Les filles devaient ensuite aller passer les tests écrits du Open Water Diver qu'elles ont réussi haut la main  .

Pour info les trois jours de formation coûtent 330 $, aucune idée du prix en France.

 

Pour finir la journée, on est retourné faire du snorkelling après s'être renseigné cette fois sur l'horaire des marées mais au lieu d'aller sur la baie de Jemeluk, on est allé juste en face de l'hôtel.

La plage est tranquille et avec vue sur le volcan Agung qui du haut de ses 3142 m est le plus haut de Bali.

 

Là, il faut nager un peu pour arriver sur les coraux (hélas morts ). Mon mari qui est allé un peu plus loin que nous a vu une tortue ce qui est parait-il courant à cet endroit.

Pour le diner, Lisa nous a réservé un restaurant encore top. Il s'appelle "Sails" et nécessite lui aussi que l'on vienne vous chercher. Le restaurant est très classe et nous avons encore très, très bien mangé.

 

La terrasse du Seals
La terrasse du Seals

 

 

 

Bilan d'Amed :  c'est un endroit agréable car il y a de l'animation contrairement à Munduk par exemple. Les plages de sable noir ne sont pas mal du tout et très propres. On peut faire du snorkelling en partant de la plage. Si on est bien conseillé, on peut diner dans d'excellents restaurants.

Si on ne plonge pas, deux jours suffisent. Les plages de Gili Air sont beaucoup plus belles si on veut lézarder au soleil et l'eau y est turquoise.

 

Pour ceux qui font de la plongée , je conseille vraiment le centre de plongée de notre hôtel "Adventure Divers", très pro, bon matériel et moniteurs très sérieux et sympathiques.

 

L'hôtel Geria Geri Shanti n'a pas vue mer et bénéficie par contre du bruit de la route mais on y est accueilli et chouchouté de telle façon que le séjour y est  très agréable. Lisa s'est occupée de nos transferts à Gili Air et ensuite à Jimbaran. Quand on a besoin d'un chauffeur, elle appelle dans la minute. Quand on cherche un bon restaurant, c'est pareil. Le dernier jour, elle nous a proposé de laisser une valise pour partir plus légers à Gili Air et c'était vraiment très appréciable. Bref, elle fait partie de ces gens dont on se souvient pour leur sympathie naturelle.

Suite : Gili Air

 

Voir le reste du voyage                                                                                                 Accueil