Autour du Capitole

 

Plan tirée d'une brochure téléchargeable sur le site de l'Office de tourisme
Plan tirée d'une brochure téléchargeable sur le site de l'Office de tourisme

 

La place du Capitole représente depuis le XIIe siècle le cœur de Toulouse ; elle est le lieu de rassemblement spontané des Toulousains lors des moments de joie ou de recueillement.

 

Si vous n'avez qu'un jour à passer à Toulouse, je vous conseille de rayonner autour de cette place pour voir les principaux monuments comme la basilique St- Sernin, l'église Notre-Dame du Taur,  le couvent des Jacobins en face du lycée Fermat qui renferme l'hôtel de Bernuy, l'un des plus beaux hôtels particuliers de Toulouse.

 

Je recommande de faire la visite guidée de 2 heures "Les Grands monuments de Toulouse", proposée par l’Office de tourisme. Elle permet de visiter le Capitole (s'il est ouvert), la basilique St-Sernin, le couvent des Jacobins et l'hôtel de Bernuy, ce dernier étant impossible à visiter seul. Nous avons trouvé cette visite passionnante et avons surtout eu des informations clés pour mieux comprendre ensuite l'architecture de la ville.



Le Capitole

 

Le Capitole
Le Capitole

 

Il est l’emblème de la ville et le centre du pouvoir municipal depuis plus de huit siècles. Les Capitouls (membres élus du capitoulat, le conseil municipal qui dirigea Toulouse jusqu'à la Révolution) décidèrent de s'y installer en 1190.

La façade actuelle date de 1750 et cache un ensemble de bâtiments plus disparates. Elle était à l'origine peinte en blanc et il a fallu attendre le 19ème siècle pour rendre la brique apparente comme l'avait souhaité l'architecte d'origine.

Le bâtiment abrite l'Hôtel de Ville mais aussi le théâtre du Capitole.

Il est possible de le visiter gratuitement si aucune cérémonie ou mariage ne s'y déroule. Nous avons enfin réussi à le visiter lors de notre 4ème passage à Toulouse ! Il mérite vraiment une petite visite.

 

La cour Henri IV dont on voit la statue au dessus du portail
La cour Henri IV dont on voit la statue au dessus du portail
La salle Gervais, du nom du peintre qui la décora
La salle Gervais, du nom du peintre qui la décora

 

La splendide salle des illustres, classée d'ailleurs monument historique. Elle mesure 60 m de long.

 

La salle des illustres du Capitole
La salle des illustres du Capitole

Devant le Capitole, on trouve une très grande place rectangulaire qui fut occupée par des constructions jusqu'au 18ème siècle et servit ensuite de parking jusqu'en 1972. Lorsqu'elle est dégagée, on peut voir au sol une très grande croix occitane dessinée par Raymond Moretti en 1993.

En décembre, s'y tient le marché de Noël et plusieurs jours par semaine un marché de vêtements.

 

La croix occitane réalisée au sol en 1993 par Raymond Moretti
La croix occitane réalisée au sol en 1993 par Raymond Moretti
La place du Capitole bordée  de beaux  édifices en brique
La place du Capitole bordée de beaux édifices en brique
Café devant la galerie des Arcades qui fait face au Capitole
Café devant la galerie des Arcades qui fait face au Capitole
La Galerie des Arcades qui fait face du Capitole fut construite entre 1851 et 1854. La voute est décorée de 29 peintures retraçant l'histoire de la ville.
La Galerie des Arcades qui fait face du Capitole fut construite entre 1851 et 1854. La voute est décorée de 29 peintures retraçant l'histoire de la ville.

 

Derrière le Capitole, on trouve le Donjon qui abrite de nos jours l'Office de tourisme. Il fut construit en 1525 pour conserver les archives. C'est  Viollet-le-Duc qui lui ajouta le beffroi flamand au sommet lors de la restauration effectuée au 19ème siècle.

 

Le Donjon du Capitole où se trouve aujourd'hui l'Office de tourisme
Le Donjon du Capitole où se trouve aujourd'hui l'Office de tourisme

L'église Notre-Dame du Taur

 

Notre-Dame du Taur
Notre-Dame du Taur

 

De la place du Capitole, part la rue du Taur qui mène à la basilique St-Sernin. Impossible de ne pas remarquer l'église Notre-Dame du Taur devant laquelle la légende raconte que le corps de St Sernin se détacha du taureau qui le traînait.

De face, on est impressionné par la hauteur de la façade mais ce n'est qu'un leurre car c'est un clocher-mur et il n'y a rien derrière ; regardez le profil pour comprendre !

 

La rue du Taur
La rue du Taur

L'église Notre-Dame du Taur dont les peintures auraient bien besoin d'un petit nettoyage.
L'église Notre-Dame du Taur dont les peintures auraient bien besoin d'un petit nettoyage.

La chapelle des Carmélites

 

 

Ce n'est pas un des lieux les plus visités de Toulouse mais cette chapelle est située à deux pas de la basilique St- Sernin et il serait vraiment dommage de ne pas y entrer.

L'extérieur austère ne laisse pas présager de ce qui attend celui qui passe le porche. Elle est constituée d'une nef unique de 30 m de long à la voute recouverte de très belles peintures du 17ème siècle.

Pour les horaires d'ouverture (voir ici), il y a la théorie et la pratique puisque lors de notre visite un samedi matin en juin, elle était fermée !


La basilique Saint-Sernin

 

La basilique St-Sernin est le deuxième monument incontournable de Toulouse. Edifiée entre le XIème et le XIVème siècle pour abriter les reliques de St Sernin, évêque martyr du IIIe siècle auquel la basilique doit son nom, elle est l'un des plus grands édifices romans d'Occident.

 

Elle constitue encore aujourd'hui une étape importante du pèlerinage de St-Jacques-de-Compostelle. Sa structure est d'ailleurs conçue pour faciliter la déambulation des pèlerins venus voir les différents reliquaires.

 

La porte Miègeville qui fait face à la rue du Taur est richement ornée de sculptures romanes du XIIe siècle
La porte Miègeville qui fait face à la rue du Taur est richement ornée de sculptures romanes du XIIe siècle
Détail des sculptures de la porte Miègeville
Détail des sculptures de la porte Miègeville


 

L'imposant clocher octogonal fut construit en plusieurs étapes avec tout d'abord des arcs arrondis puis vers l'an 1300, on construisit les deux étages supérieurs dans le style du gothique languedocien.

 

La basilique fut restaurée en 1860 par Viollet-le-Duc qui se permit quelques ajouts et fut «dérestaurée" en 1990 pour lui rendre son aspect initial.

 

L'intérieur de la basilique St-Sernin
L'intérieur de la basilique St-Sernin

Le couvent des Jacobins

 

Le cloître du couvent des Jacobins
Le cloître du couvent des Jacobins

 

Pour la présentation du couvent des Jacobins, je vais faire un copié-collé d'un extrait de l'article de Wikipédia qui lui est consacré :

 

"L'ensemble conventuel des Jacobins de Toulouse est constitué d'une église dite « église des Jacobins », d'un cloître, d'une salle capitulaire, d'un réfectoire et d'une chapelle, la chapelle Saint-Antonin. Il a été construit par l'ordre des frères prêcheurs, un ordre mendiant dont le premier couvent de la branche masculine a été fondé en 1215 à Toulouse par Dominique de Guzmán, futur saint Dominique, afin de promouvoir la prédication de l'Évangile et lutter contre l'hérésie cathare.

Ces bâtiments entièrement faits de brique sont considérés comme des joyaux de l'art gothique languedocien.

Les frères prêcheurs ont été appelés dominicains dès le XIIIe siècle et aussi jacobins, beaucoup plus tard, à la période moderne, en référence au grand couvent de Paris situé rue Saint-Jacques.

L'église abrite depuis 1369 le corps de saint Thomas d'Aquin, auquel elle est consacrée. "

 

Epargné par la révolution, le couvent fut  transformé en caserne en 1810 par les armées napoléoniennes avec création d'un plancher. L'étage servait de dortoir tandis que le rez-de-chaussée fut transformé en écurie. Le bâtiment fut ensuite récupéré par le lycée Pierre-de-Fermat adjacent.

 

Le clocher octogonal à 4 étages fut construit entre 1275 et 1298 de façon similaire à celui de la basilique Saint-Sernin toute proche.
Le clocher octogonal à 4 étages fut construit entre 1275 et 1298 de façon similaire à celui de la basilique Saint-Sernin toute proche.
L'intérieur est constitué d'une double nef séparée par des colonnes toutes en brique mais enduites, de 28 mètres de haut, ce qui est un record.
L'intérieur est constitué d'une double nef séparée par des colonnes toutes en brique mais enduites, de 28 mètres de haut, ce qui est un record.

Cette voute appelée "le palmier" est une merveille architecturale jamais copiée.
Cette voute appelée "le palmier" est une merveille architecturale jamais copiée.

 

Le cloître construit entre 1307 et 1310 desservait tous les bâtiments du couvent (réfectoire, dortoir, infirmerie, bibliothèque ...) où résidait une centaine de personnes à la fin du XIIIe siècle.

 

 

En dessous, le cloître photographié par ma fille de ses salles de classe au lycée Pierre-de-Fermat , on a connu pire comme vue ! 😊

 



L'hôtel de Bernuy

 

La cour Renaissance
La cour Renaissance

 

Pour finir ce petit tour des visites à ne pas manquer autour du capitole, je conseille d'aller à l'hôtel de Bernuy qui jouxte le couvent des Jacobins.

Ce petit bijou n'est visitable que dans le cadre de la visite guidée "Les Grands Monuments de Toulouse" proposée par l'Office de tourisme. Pour voir à quoi il ressemble, jetez un coup d’œil ici.


Autres lieux à visiter à Toulouse :