Tour des lacs Autier, Niré et du lac de la Fous 

 

Lis orangé, fleur rare à observer
Lis orangé, fleur rare à observer

Lieu : parc du Mercantour (Haute Vésubie)

Dénivelé : 890 m

Distance : 12 km

Durée : 6h

Période : pas avant fin juin et avant les premières neiges vers fin octobre

Niveau : entre moyen et difficile car on traverse beaucoup de pierriers.

Départ : grand parking au pont du Countet (voir carte tout en bas)

Intérêt : très beaux paysages et plusieurs lacs à admirer. 

Vêtements : on est en altitude (entre 1690 et 2580 m), il faut toujours prévoir une bonne polaire, un coupe-vent et regarder la météo en montagne avant de partir. On est souvent surpris par la différence de température quand on vient du littoral.

Carte : " Vallée de la Vésubie", TOP 25 n° 3741 OT



C'est une randonnée aux paysages magnifiques et variés qui permet d'admirer plusieurs lacs d'altitude et est propice à l'observation de chamois.

 

J'ai mis ici le tracé complet sur Wikiloc où il est téléchargeable.


 

Le départ se fait du grand parking du pont de Countet (au bout de la RM 171 qui passe par St-Grat et Belvédère). On y trouve la première balise 411 puis tout de suite après la b.412.

On passe devant une cabane adossée à une énorme roche, le sentier du départ  large et  plat qui passe dans la vallée longe le torrent de la Gordolasque. Nous y avons vu nos deux premiers chamois.

A la Balise 413, prendre à droite en direction du lac Autier. Un pont mène peu après à la  balise 414, on prend le sentier qui monte sur la droite vers le lac Autier. La pente devient plus raide. Le sentier est tout d’abord très bien marqué. Arrivé devant un amoncellement de grands blocs de pierre, il faut retraverser la rivière pour la laisser sur la droite. Il y a des cairns et de discrets marquages. Il semblerait possible de toute façon de rejoindre le sentier en passant tout droit. En prenant de la hauteur, on a une bonne vue sur les sommets environnants et la vallée de la Gordolasque avant d'atteindre le lac Autier. Nous avons mis 2 heures pour y arriver, la moitié se faisant à l'ombre le matin.

 

A partir du lac, il faut chercher un discret sentier qui le contourne en s'élevant. Nous avons eu la surprise d'y découvrir un lys orangé qui est une espèce rare dans le coin. Une fois que l'on a trouvé le sentier, il est facile de le suivre et dans la dernière partie de l'ascension d'un pierrier, il y a des cairns. Entre le lac Autier et le sommet proche de la baisse du Basto, il faut compter une heure d'ascension.

Arrive ensuite la partie la moins agréable à mon goût mais sans réelle difficulté. Il faut redescendre vers les lacs que l'on surplombe. Cette fois, on est sur le GR 52 donc, il y a des marquages et on ne se pose pas de questions. La descente nous a pris 40 min.

Le premier grand lac qui bizarrement ne semble pas avoir de nom est très beau et idéal pour le pique-nique. Un chamois nous a fait le plaisir de s'en approcher. Nous verrons ensuite plusieurs autres chamois dans le secteur.

On arrive ensuite au lac Niré entouré de gros blocs de pierre. C'est le plus grand des cinq lacs.

Le refuge de Nice (appelé maintenant Victor de Cessole) est bientôt visible en bas de la vallée verdoyante et on parvient à la balise 418  facilement. Possibilité de se restaurer au refuge qui est très beau.

Reste ensuite à revenir au point de départ. On passe tout d'abord devant le lac de la Fous. Le sentier très lisse fait du bien aux pieds après toutes ces traversées de pierriers. Mais cela ne va pas durer car il reste une portion qui descend bien vers le mur des Italiens qui est une ancienne construction. On est content de pouvoir admirer la très belle cascade de l'Estech sur la droite.

On apprécie la grande passerelle en forme de L qui permet de franchir le torrent de la Fous même par forte crue.

La fin de la randonnée redevient très facile puisque l'on retrouve à la balise 414, le sentier large et plat.

 

Du pont du Countet, montée vers le lac Autier

Cabane originale qui fait corps avec la roche
Cabane originale qui fait corps avec la roche
Montée tranquille dans la vallée
Montée tranquille dans la vallée
Entre les balises 413 et 414
Entre les balises 413 et 414
Adénostyles tomenteuses
Adénostyles tomenteuses

 

Arrivée au lac Autier après deux heures de montée.

 

Petite halte puis nous poursuivons pour atteindre le sommet proche de la baisse du  Basto,

tout en jetant un coup d’œil derrière nous au lac Autier qui disparait peu à peu.

Le lac Autier
Le lac Autier

 

Le sommet proche de la baisse du Basto s’atteint après avoir gravi un dernier pierrier parsemé

de quelques rares névés.

 

Vue du haut. Il faut ensuite redescendre vers les lacs.

 

Le premier des grands lacs qui n'a pas de nom est un site parfait pour un pique-nique.

Nous avons même eu la chance de voir un chamois s'en approcher.

 

Nous poursuivons vers le lac Niré sous le regard de deux chamois qui n'ont pas vraiment voulu

poser pour la photo !

Le lac Niré entouré de gros blocs de pierre
Le lac Niré entouré de gros blocs de pierre

 

Descente vers le refuge de Nice qui s'appelle maintenant refuge Victor de Cessole dans un décor

grandiose avec une dernière rencontre avec un chamois plus coopératif  que les précédents !

Sur la photo, le toit du refuge est à peine visible
Sur la photo, le toit du refuge est à peine visible
Le refuge Victor de Cessole (ex refuge de Nice)
Le refuge Victor de Cessole (ex refuge de Nice)

 

Peu après le lac, on trouve une bonne prairie où quelques chevaux noirs semblent souvent

se trouver.


Le barrage du lac de la Fous derrière
Le barrage du lac de la Fous derrière
Coin plat avant la dernière grande descente
Coin plat avant la dernière grande descente

Grande passerelle qui permet de traverser le torrent de la Fous même en période de crue
Grande passerelle qui permet de traverser le torrent de la Fous même en période de crue

 

Pour finir une photo  de de la cascade de l'Estrech qui est bien plus belle en réalité !

 

Autres randonnées                                                                                                          Accueil