Tour de l'Authion en raquettes 

 

Caractéristiques :

Lieu : vers le col de Turini

Dénivelé : 350 m

Distance : 8,9 km

Durée : 4 h avec un petit pique-nique

Période : en été à pied ou en hiver en raquettes

Niveau : moyen, la montée se fait bien.

Départ : Camp d'Argent (voir carte plus bas)

Intérêt : paysages magnifiques !

Vêtements : on est en altitude (entre 1700 et 2080m). En été,  il faut toujours prévoir une bonne polaire, un coupe-vent et regarder la météo avant de partir. L'hiver, il faut un équipement adapté à la montagne.

Carte : “Vallée de la Vésubie” TOP 25 n° 3741 OT

 

Cliquer pour agrandir



Ce circuit peut se faire en été en marchant ou bien en raquettes en hiver. On alliera dans les deux cas une belle randonnée à la découverte d'un patrimoine historique important puisque les lieux firent l'objet des dernièrs grands combats sur le sol français de la seconde guerre mondiale.

 

Le tracé GPS complet avec la carte est ici sur Wikiloc où l'on peut le télécharger.


Magnifique randonnée effectuée en raquettes, fin mars, profitant d'une neige fraiche tombée la veille.
Nous nous sommes garés au Camp d'Argent ( un peu plus haut que le col de Turini) qui était accessible en voiture.
Pour la montée, nous avons tout d'abord emprunté la piste de ski à côté des remontées mécaniques (ou plutôt de la remontée mécanique car il s'agit d'une micro station de ski) puis la route D68 qui monte vers l'Authion. En hiver, elle n'est pas déneigée et il n'y a pas de circulation. La vue sur la vallée de la Bévéra entre autre est très belle.

 

Au niveau de la baisse de Tueis où se trouve un chalet appelé Charles Alessi ou cabane de Tueis (balise 244), on peut soit monter en continuant sur la route à droite, soit monter tout droit par la crête. En absence d'une trop forte quantité de neige qui pourrait présenter un risque d'avalanche, la première solution est plus agréable.

Au niveau d'un petit monument commémoratif (petit parking d'été), on quitte la D68 pour monter au fort en passant sous d'anciennes ruines de baraquements militaires.


Une fois arrivés au fort militaire de la Redoute de la Pointe des Trois Communes ( c'est son nom !) construit entre 1897 et 1899, le temps s'est malheureusement couvert. Quelques éclaircies nous ont tout de même laissés entrevoir de beaux sommets.
Nous sommes redescendus par le chemin de crête qui offre des vues extraordinaires, rejoignant ainsi la baisse de Tueis. Puis nous sommes revenus par la route enneigée. La neige avait d'ailleurs bien fondu et nous avons fini sans les raquettes.

 

Cette randonnée offre des vues dégagées extraordinaires et pour ceux qui s'intéressent au passé militaire de la région, il y a plusieurs forts, blockhaus et ruines plus ou moins bien conservés qui témoignent de l’intérêt stratégique de ce sommet.

Sur le chemin pour rejoindre le col de Turini, il faut s'arrêter au petit village de Peira Cava pour aller jeter un coup d’œil à la table d'orientation, j'ai mis quelques photos en bas de page.

 

 

 

La route étant suffisamment dégagée malgré les chutes de neige de la veille, nous avons pu rejoindre le Camp d'Argent, au dessus du col de Turini.

Le Camp d'Argent
Le Camp d'Argent

 

Nous sommes ensuite montés dans un premier temps sur la piste de ski puisque la station était fermée.


 

Avant de poursuivre l'ascension sur la route D68, recouverte de neige et sans circulation en cette période hivernale.

 

On marche avec une vue dégagée qui permet d'admirer en montant , les paysages de la

vallée de la Bévéra, avant d'entrer dans le parc du Mercantour peu avant la baisse de Tueis.

 

Au niveau de la baisse de Tueis balise 244 (présence d'un chalet), on peut monter soit par la route soit par la crête. En absence de tout risque d’avalanche liée à de grandes quantités de neige, la première option est plus agréable.

Cabane de tueis , balise 244
Cabane de tueis , balise 244

 

On parvient à un monument en hommage aux  fusiliers-marins tombés en avril 1945 (l'été on peut se garer à cet endroit) puis on passe sous d'anciens bâtiments militaires avant de rejoindre plus haut le fort de la Redoute de la Pointe des Trois communes construit entre 1897 et 1899. Ce fort  a la particularité d'être le premier à avoir été construit en béton armé, enfin, un seul des côtés puisque l'entrée et en pierre de taille. Edifié pour défendre l'arrière pays niçois, il fut l'objet d'intenses combats en avril 1945 pour déloger les derniers Allemands occupant le massif de l'Authion.

Dernière portion de la montée en passant sous des ruines de baraquements militaires
Dernière portion de la montée en passant sous des ruines de baraquements militaires
Vue sur la vacherie de l'Authion, avant d'arriver au fort
Vue sur la vacherie de l'Authion, avant d'arriver au fort
Le fort du côté "pierre de taille"
Le fort du côté "pierre de taille"
Le même fort côté "béton armé"
Le même fort côté "béton armé"

Cliquer deux fois pour agrandir l'image
Cliquer deux fois pour agrandir l'image

 

La vue une fois arrivés au fort a été limitée par la brume mais il a été possible de deviner

quelques sommets.

 

Descente après un pique-nique court  par la ligne de crête qui passe par la balise   et

rejoint la cabane de Tueis. Paysages magnifiques lors de cette descente.

 

Pour finir quelques photos de la route avec la vue féérique d'arbres recouverts de neige et  des vues depuis la table d'orientation du petit village de Peira Cava.

Vue de Peira Cava
Vue de Peira Cava

 

Merci Philippe pour cette sortie raquettes magnifique !

 

 

Autres randonnées                                                                                                    Accueil