Lac de l'Agnel  (Mercantour)   

                      

 

Lieu : vers Castérino (Haute Roya)

Dénivelé : 800 m

Distance : 11,5 km

Durée : 5h  (3h30 hors temps de pauses)

Période : de juin aux premières neiges vers octobre

Niveau : moyen mais la montée semble longue.

Départ : parking, 2 km après Castérino (voir carte tout en bas)

Intérêt : une incroyable quantité de bouquetins peu farouches.

Vêtements : on est en altitude (entre 1600 et 2400 m), il faut toujours prévoir une bonne polaire, un coupe-vent et regarder la météo en montagne avant de partir. On est souvent surpris par la différence de température quand on vient du littoral.

Carte : "Vallée de la Roya" TOP 25 n°3841 OT



Le lac de l'Agnel pourrait s'appeler Sanctuaire des bouquetins heureux ! Je n'en ai jamais vu une pareille quantité ailleurs dans le Mercantour et en plus, ils sont habitués à la présence humaine et s'approchent des gens.

La randonnée n'est pas de tout repos mais le spectacle de tous ces animaux à l'arrivée, compense largement les efforts ! Je la classe dans le top 10 ou peut-être même top 5 des randonnées du Mercantour.

 

Pour voir la carte en grand, allez ici sur Wikiloc où j'ai mis mon tracé GPS téléchargeable.


Le départ se fait de la balise 394 (environ 2 km après Casterino, par une petite route étroite). Il y a un petit parking juste avant la barrière qui marque le début du sentier. Le début de la montée se fait très tranquillement sur un large sentier  à l'ombre des mélèzes.

En 30min, on atteint la balise 393. On prend alors le sentier bien indiqué qui part sur la droite et ensuite plus moyen de se tromper puisqu'il n'y aura aucune bifurcation jusqu'au lac de l'Agnel.

La montée depuis la  balise 393 dure un peu moins de deux heures. Le dernier verrou est assez impressionnant vu du bas mais il ne demande que cinq minutes d'efforts. Ensuite le chemin est pratiquement plat et on atteint le lac du côté du barrage.

 

Cet endroit semble être un sanctuaire pour bouquetins. Il y en avait des dizaines !

En arrivant devant le barrage, un panneau indiquant qu'il ne faut pas les nourrir nous a surpris. Nous en avons vite compris la raison. A peine installés pour pique-niquer, une femelle est venue se poster à moins d'un mètre de nous et nous a observés pendant tout le repas. Voulant savoir jusqu'où elle serait prête à s'approcher, j'ai tendu mon bras et elle est venue sentir ma main. Incroyable !

 

La descente par le même chemin nous a demandé 1h45. Donc, c'est une randonnée plutôt courte.

 

 

Le début est pratiquement plat jusqu'à la balise 393

 

C'est après la balise 393 que les choses sérieuses commencent avec peu après une montée ininterrompue d'un peu moins de deux heures.

 

Au fur et à mesure de la montée, le paysage devient de plus en plus minéral.

 

On arrive enfin à la dernière montée  (la coulée blanche au fond) qui a l'air impressionnante. Mais, elle se fait en 5 min.

 

Cette dernière montée vue du haut.

 

Dès l'arrivée vers le barrage, on aperçoit quantité de bouquetins.

 

Les bouquetins vont d'ailleurs voler la vedette au lac de l'Agnel auquel nous jetterons un rapide coup d’œil seulement.

Les bouquetins semblent apprécier les sels minéraux qu'ils lèchent sur les pierres du barrage.

 

Ce qui est pratique, c'est qu'ils posent pour les photos en montrant tous leurs profils

 

Mais les plus mignons, ce sont évidemment les petits bouquetins.

Autres randonnées                                                                                                          Accueil