J 1 : Embarquement à Gênes sous la grisaille

 

Pour nous qui vivons à quelques kilomètres de Nice, la proposition de navette gratuite pour rallier Gênes, était intéressante : pas de stress sur la route en cas de problème et pas de péages et de parking à payer. Nous avons juste embêté notre voisin qui avec sa gentillesse habituelle nous a emmenés à l’aéroport de Nice. Il y a une navette qui prend des passagers à la gare de Nice et une autre à l’aéroport au niveau du terminal 2 en face de la sortie A1. On est partis à 11h30 après avoir attendu deux retardataires. Le trajet jusqu’à Gênes prend 2h30. A l’arrivée, on ne s’occupe pas des bagages, ce qui est très agréable.

 

Il n’y avait pas grand monde pour embarquer à cette heure-là et nous avons mis à peine plus d’une demi-heure pour passer toutes les formalités et embarquer. En récupérant la carte d’embarquement, nous avons vu que nous étions au premier service comme demandé (indiqué en bas à droite sur la carte sous la forme de « seat : 1st »). L’année dernière nous avions appris juste à temps que le 1er service était à 18h30. En arrivant dans la cabine, un coup d’œil au Daily program posé sur le lit, nous confirme que l’horaire n’a pas changé.

 

 

 

 

 

 

 

Carte d'embarquement qu'il ne faut pas perdre puisqu'elle vous permet d'entrer dans votre chambre et de payer vos achats et consommations.

 

Les bagages n’étant pas encore devant la cabine, nous partons nous restaurer à la cafétéria au pont 14. Première cohue et quelques difficultés pour trouver une table. Ce monde fou à la cafet, c’est d'ailleurs, le seul point noir de la croisière ( la photo a été prise un matin calme ...).

 

Notre cabine
Notre cabine
La cafétéria
La cafétéria

 

Retour ensuite à la cabine pour défaire les valises, avant de partir avec notre gilet de sauvetage sur le dos,  au point de ralliement indiqué sur la carte d’embarquement. Si j’ai un seul conseil à donner aux primo croisiéristes, c’est de s’habiller légèrement car après 20 minutes avec ce gilet autours du cou, on a très chaud …

 

Je suis ensuite partie avec mes filles voir où se trouvait le teen club. Celle de 14 ans voulait y aller mais l’autre de 16 ans n’était pas très emballée. Une fois dans la salle, le petit groupe d’ados qui semblait déjà se connaître n’a pas donné envie à la plus jeune de rester et nous avons poursuivi notre petite visite du bateau.

 

Sans grande faim, nous avons rejoint le Red Velvet qui est le restaurant qui nous avait été attribué. Cette année encore nous avons été placés à une table de 4. L’an passé, nous étions au deuxième étage peu bruyant mais là, dans la salle principale avec des tables très proches les unes des autres, il y avait autant de bruit que dans un réfectoire ! Tous les plats que les uns et les autres avons commandés étaient bons et bien présentés par contre, le service a été très long. Au final, le diner à duré presque 2 heures et dans ce bruit, c’était vraiment  long. Notre serveur du Honduras, bien agréable s’est montré très bavard après avoir vu que l’on parlait espagnol et nous a dit que c’était sa dernière semaine avant de retourner chez lui pour deux mois. Après 7 mois à bord sans un seul jour complet de repos, il lui tardait de débarquer. On le comprend !

 

Le spectacle le soir à 21h30 sur le thème de Zorro a été magnifique. Tous les numéros d’une très grande qualité. J’ai été impressionnée !

En sortant du théâtre, les filles voulaient passer par le San Giorgio pour y prendre un Nutella milk-shake. Là, pas de problème pour trouver une table car il n’y avait pratiquement personne. Il y avait pourtant deux musiciens qui animaient le lieu.