CARCASSONNE, décembre 2016

 

 

Avant toute chose, un petit rappel de la légende truculente rattachée au nom de la ville :

 

Alors que Charlemagne assiégeait la cité depuis 5 ans et qu'il ne restait plus comme vivres qu'une mesure de blé et un cochon, Dame Carcas qui gouvernait la ville après  la mort de son mari le roi sarrasin Ballak, mit au point un stratagème. Elle nourrit le cochon avec le peu de blé restant et quand il fut bien gras, elle le jeta par dessus les remparts. Cette ruse fit croire à Charlemagne que la nourriture était encore abondante dans la cité et il leva le siège. Dame Carcas fit alors sonner les trompettes (d'où "Carcas sonne) et fit revenir Charlemagne sur ses pas pour négocier la paix.

 

Copie de 1995, l'original très abîmé est visible dans le château
Copie de 1995, l'original très abîmé est visible dans le château

Carte téléchargeable ici sur le site de l'office de tourisme

 

Que voir en une demi-journée

Carcassonne, classée au patrimoine mondial de l'Unesco est un petit bijou sauvé de l'abandon au XIXe siècle et restaurée  par Viollet-le-Duc. Il ne faut que quelques heures pour voir le château et faire une visite de la cité elle-même.

 

 

La Cité médiévale

 

  

Entourée de deux enceintes concentriques  composées de 3 km de remparts, on peut y entrer par la Porte Narbonnaise ou la Porte d’Aude.

C'est  petit et on tourne vite en rond. Beaucoup de restaurants et de boutiques pour touristes. Je ne lui ai pas trouvé beaucoup de charme (avis non partagé par mon mari ) et pourtant, fin décembre, il n'y avait pas foule.

 


La porte Narbonnaise au fond
La porte Narbonnaise au fond

Le château Comtal

C'est la visite qu'il faut faire à Carcassonne car la cité en  elle-même a peu d'intérêt. Le château date du XIIe siècle mais a été largement modifié par la suite. Il est entouré d'une enceinte comportant 9 tours .

 

La visite coûte  9 € (gratuit pour les -26 ans) en 2019. Il faut prévoir au moins une heure et demie, le temps de voir le château et de faire un tour sur les remparts.

 

Il existe des visites guidées de 2 heures ainsi qu'une petite visite de 45 min comprise dans le prix du billet.

Les différents horaires de ces visites ne nous convenant pas, nous avons pris un audio-guide (4,5 € en 2016). Il n'apporte pas grand chose car il donne les mêmes informations que les panneaux.

 

Voici une photo qui donne une idée de l'état du château avant sa restauration au XIXe siècle. On comprend bien la difficulté de cette restauration qui a duré pratiquement 50 ans.

 

Entrée du château

Juste avant l'entrée , la barbacane constituait la première défense et permettait de défendre efficacement la porte située après le pont.

 


La porte d'Aude était également pourvue d'une barbacane circulaire à l'emplacement actuel de l'église St-Gimer. Elle défendait l’accès au fleuve de même nom et était reliée au château par un passage protégé qui existe encore, comme on le voit sur la photo ci-dessous.

 


Le château était une véritable forteresse avec différentes défenses comme les hourds ci-dessous.


Cour intérieure du château
Cour intérieure du château

Sur la photo suivante, on distingue bien la tour Pinte de forme carrée qui permettait une surveillance

efficace des alentours.

Détail de la très grande maquette de la Cité
Détail de la très grande maquette de la Cité

La porte d'Aude

Cette porte située à l'ouest n'est utilisée que par 6 % des visiteurs entrant dans Carcassonne. Elle fait face au fleuve de même nom.

De par son aspect typiquement médiéval, elle a servi de décor pour de nombreux tournages de films comme Les Visiteurs, Robin des Bois : Prince des voleurs ou Le Corniaud.



La porte Narbonnaise

 

Arrivée du côté de la porte Narbonnaise
Arrivée du côté de la porte Narbonnaise

C'est la porte Est de la cité qui tient son nom de son orientation vers Narbonne et date de 1280. Mais elle a été largement rénovée par Viollet-le-Duc qui a ajouté le pont-levis à cette occasion. C'est devant cette porte spectaculaire que se trouve la statue de Dame Carcas.

Le pont  levis rajouté au XIXe siècle par Viollet-le-Duc
Le pont levis rajouté au XIXe siècle par Viollet-le-Duc

Les remparts

 

 

A l'origine composés d'une seule muraille de 3 km de long, les remparts furent doublés, au XIIIe siècle sous Saint- Louis, d'une deuxième enceinte extérieure entourée d'un fossé sec. L'ensemble était défendu par 52 tours.

Leur visite se fait avec le même billet que celui du château Comtal.

 


Les lices

 

Cet espace entre les deux remparts fut habité du XVIIIe siècle jusqu'à la restauration de la cité au XIXe siècle par Viollet-le-Duc qui fit détruire toutes les habitations. On peut s'y promener et en faire le tour en 30 min.


Le grand puits

 

C'est le plus ancien des 22 puits qui alimentaient la ville avec des bordures datant du XIVe siècle.

 


La basilique St-Nazaire

 

 

Elle a été construite entre le IXe et XIVe siècle, tout d'abord dans un style roman puis agrandie dans un style gothique. Rénovée par Viollet-le-Duc (encore lui, quel homme !), elle conserve des vitraux du XIIIe et XIVe siècle.

Elle a la particularité d'avoir été "cathédrale" entre 1096 et 1801 avant de devenir "basilique" en 1898.

 


Les vitraux centraux sont du XIVe siècle
Les vitraux centraux sont du XIVe siècle

Rosace du XIVe siècle
Rosace du XIVe siècle
Gisant en albatre du XVe siècle
Gisant en albatre du XVe siècle

Théâtre de la cité

 

 

Le théâtre, qui date de 1908, fut construit sur l'emplacement de l'ancien cloître Saint-Nazaire et il jouxte donc la basilique.

On le surplombe en terminant la visite des remparts.

 


Le Pont Vieux

 

 

Ce pont, long de 210 m est effectivement très vieux puisqu'il date du XIVe siècle. Il est

maintenant  réservé aux piétons et permet de rejoindre la Cité si l'on se gare dans la ville basse.

 

 

Pour finir, le pont vu des remparts

 

Présentation du voyage

 

Autres voyages                                                                                                                                Accueil